LA LOI RELATIVE « A L’ORGANISATION ET A LA TRANSFORMATION DU SYSTEME DE SANTE »

null

a été adoptée le 16 juillet. En voici les principales mesures :

  • Fin du numerus clausus et du concours limitant le nombre d’étudiants admis en médecine, dentaire, pharmacie et maïeutique (sage-femme) à partir de 2020. Les effectifs des étudiants seront désormais déterminés par les universités en accord avec les A.R.S. en fonction des besoins des territoires.
  • Le gouvernement peut désormais réviser la carte hospitalière par ordonnances en vue de la labellisation de 500 à 600 hôpitaux de proximité recentrés sur la médecine générale, la gériatrie et la réadaptation.
  • La lutte contre les déserts médicaux prévoit que les étudiants en dernière année de troisième cycle effectuent un stage sur le terrain d’au moins six mois supervisé par un médecin.
  • Le recrutement des professionnels étrangers facilité.
  • La délivrance de certains médicaments sous ordonnance par les pharmaciens pour des pathologies bénignes.
  • Les infirmiers pourront adapter dans certains cas des traitements en fonction des résultants d’analyses biologiques.
  • Multiplication des possibilités d’exploitation des données de santé via le développement des méthodes d’intelligence artificielle.
  • Tous les patients disposeront d’un espace de santé numérique personnel à partir de janvier 2022.
  • Les télésoins chez les pharmaciens et auxiliaires médicaux (accompagnement des effets secondaires des chimiothérapies par des infirmiers par exemple, ou bien encore séances d’orthophonie ou d’orthopédie à distance …).

Source
Le Monde du 16 juillet 2019