Du bon usage des recommandations de bonnes pratiques professionnelles

 

Malgré l’intérêt évident des RBPP diffusées par l’ ANESM et la HAS , les doubles évaluations des ESMS et les témoignages nombreux et constants des formateurs font état d’une situation qui perdure au fil des années : les professionnels les méconnaissent ou les ignorent, tant ces dernières leur semblent éloignées de leurs préoccupations quotidiennes. Comment dès lors analyser et comprendre ce constat de passivité à leur égard ? Méconnaissance ? Résistance par crainte de devoir changer d’habitudes ? Désaccord  par peur d’une standardisation des pratiques ? ..

Qu’elles qu’en soient les causes , les cadres ont probablement un rôle déterminant à jouer auprès de leurs équipes pour qu’elles en perçoivent le sens et l’intérêt et qu’elles apprennent à les utiliser à bon escient. Pour les y aider nous pratiquons la règle des trois U

Utile, La réflexion à partir d’une RBPP répond à un besoin ou une attente immédiats VS une lecture systématique de chaque RBPP publiée.

….Utilisable , La déclinaison de la RBPP doit se faire en tenant compte des spécificités du lieu et du moment, sous peine de la voir échouer dans le tiroir aux bonnes intentions.

Utilisée, l’accompagnement et l’évaluation de la mise en œuvre de la bonne pratique définie en équipe doit garantir un retour sur investissement et une amélioration sensible des pratiques.

Sarah Gallou, directrice des soins des ehpad du CCAS de Tours témoigne de son expérience .